Unité mixte de recherche 7235

Coordinateur : Lionel Ragot

Tel : 7057
Bureau : G313F

Les travaux menés au sein de l’axe Développement Durable, Environnement, Énergie abordent les différentes dimensions du développement durable. Ils portent sur l’analyse économique des transitions environnementale et énergétique ; des transformations quelles impliquent dans l’organisation et les objectifs des entreprises, sur les enjeux en termes d’innovations,  le développement territorial et le fonctionnement du marché du travail ; leurs interactions avec les autres grandes transitions qui affectent profondément les économies : la transition démographique, la transition numérique et la transition alimentaire. Ils s’intéressent également aux conséquences des contraintes environnementales, énergétiques et éthiques sur le comportement des agents économiques et la définition des politiques publiques.

 

Thèmes de recherche développés par l’axe DDEE

Les recherches conduites par les membres de l’axe se répartissent en quatre principaux domaines :

  1. Environnement, Ressources Naturelles et Énergie. Il s’agit du pilier environnemental du DD. Les travaux menés dans cette thématique s’intéressent aussi bien (i) aux problèmes de pollution, au changement climatique, aux politiques de préservation de l’environnement ou d’adaptation, aux interactions environnement-agriculture, (ii) qu’aux questions relatives à la gestion des ressources naturelles, qu’elles soient ou non renouvelables, à la « malédiction » de ces ressources, à la transition énergétique, ainsi (iii) qu’aux liens réciproques entre croissance économique, environnement et ressources.
  2. Entreprises, Innovation, Travail. Le pilier économique du DD vise à concilier le développement économique avec l’écologie et l’environnement. Les recherches sur ces thématiques se positionnent principalement au niveau micro et méso-économique et visent à analyser les transformations internes des entreprises, le développement de nouvelles technologies et procédés favorables à la transition écologique et les interactions entre le secteur productif et les territoires. Ces questions sont principalement abordées de manière empirique et mobilisent de nombreuses bases de données individuelles d’entreprises, sectorielles et locales analysées à partir de techniques économétriques et, depuis peu, des outils de l’intelligence artificielle. Elles débouchent sur une analyse des politiques publiques et de leur évaluation.
  3. Population, Inégalités et Santé. Le pilier social du DD insiste sur la dimension équitable que doit revêtir le développement économique. Il doit, entre autres, contribuer à la réduction des inégalités et des discriminations que l’on peut constater sur le marché du travail (relatives au genre ou à l’origine) ou dans le fonctionnement interne des entreprises. Cette problématique de l’équité́ a également une dimension intertemporelle qui résulte aujourd’hui en grande partie des interactions entre le vieillissement démographique et les politiques affectant les transferts publics entre les générations. C’est ce même vieillissement démographique, associé à la réduction permanente des taux de croissance par rapport aux trente glorieuses, qui a conduit aux politiques d’ajustement de la protection sociale, que ce soit au niveau de son financement ou de son périmètre. Ces réformes publiques qui ont porté́ sur les deux principaux régimes de la protection sociale, la maladie (et le secteur de la santé) et les retraites, posent des questions sur leur efficacité́ et sur leurs effets en termes d’équité́.
  4. Économie Comportementale et Incertitudes. Les problématiques environnementales ou de santé sont caractérisées par un niveau d’incertitude relativement élevé. La perception de ces incertitudes peut être à l’origine de comportements individuels sous optimaux de prévention des risques et remettre en cause l’efficacité́ des politiques publiques. Cette thématique de l’axe DDEE s’intéresse aux comportements individuels de gestion des risques (prévention, assurance) et au design de politiques publiques optimales. Au niveau méthodologique, les travaux les plus récents accordent une place importante à l’approche expérimentale.

Plusieurs membres de l’axe DDEE ont une implication importante dans l’animation et l’organisation de la plateforme PREDIR S2CH (Plateforme de Recherche Expérimentale sur les Décisions, les Interactions et les Risques / Fédération de Recherche des Sciences Sociales pour les Comportements Humains). Cette plateforme permet d’effectuer le recueil de données comportementales et biologiques utiles à l’étude des comportements individuels et collectifs. Elle est accessible aux chercheurs et aux doctorants de tous les laboratoires membres de la Fédération S2CH partageant une même méthodologie expérimentale en laboratoire et issue des disciplines suivantes : économie, gestion, linguistique, psychologie sociale et cognitive et neurosciences.

 

Valorisation de la recherche

Les enseignants-chercheurs et chercheurs de l’axe DDEE animent et participent à plusieurs événements scientifiques réguliers :


De nombreuses conférences et journées d’étude sont également organisées par l’axe DDEE : Décloisonner les politiques, prendre le tournant de la transition écologique – Réflexion à partir de la filière photovoltaïque et Quel futur pour l’industrie dans les territoires métropolitains ? en relation avec la Chaire Ville, Industrie et Transition Ecologique ; L’environnement et la santé dans les villes maritimes ; Changer d’ère : réchauffement climatique et finance ;  Workshop interdisciplinaire sur les déterminants psychologiques des comportements alimentaires ; Croissance, environnement et population


Ils participent également à l’animation de plusieurs revues scientifiques (International Economics ; Revue d’Économie Industrielle ; Revue Internationale PME ; Etc.) et sont actifs dans des sociétés savantes ou associations d’économistes (French Association of Environnemental and Resource Economists (FAERE), l’Association Française de Sciences Économiques (AFSE), Alliance pour la Recherche sur les Discriminations.

Interactions avec l’environnement économique et social

Plusieurs membres de l’axe DDEE ont une activité de conseil scientifique ou d’expertise dans des institutions nationales et internationales (Chaire Économie du Climat, Chaire Transitions Démographiques Transitions Économiques, CEPII, INED, OCDE, BIT…).
Les chercheurs de l’axe ont également une importante activité de recherche contractuelle notamment dans le domaine des entreprises et du développement local qui a permis à EconomiX de signer des conventions de partenariat avec Bpifrance, l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires, France Stratégie, l’Institut pour la Recherche de la Caisse des Dépôts, etc.

Ils interviennent régulièrement dans les médias, qu’ils soient écrits (Le Monde, Les Echos, La Tribune, Alternatives Économiques, Libération, …), radiophoniques (France Culture, France Inter, RFI, …) ou télévisuels (France 5, France 24, Arte, …).

 

Les liens noués avec les entreprises et diverses institutions permettent le financement (CIFRE et autres types de contrats) de nombreuses thèses chaque année.


Liens avec la formation

Les membres de l’axe DDEE sont particulièrement impliqués dans trois mentions de master.

La mention de master Économie de l’Environnement, de l’Énergie et des Transports (EEET) a pour objectif d’offrir, à travers le M1 puis cinq parcours de M2 possibles (environnement, énergie, modélisation-prospective, alimentation et transports) une formation traitant de l’ensemble des questions économiques sur les défis énergétiques, climatiques, écologiques, environnementaux, agro-alimentaires et de mobilité.

Plus d’informations sur : Master EEET

 

La mention de master Analyse et Politique Économique (APE) délivre une formation en économie comportementale et forme des économistes analystes des données comportementales. Son parcours de M2 Économie Comportementale Appliquée (ECA) combine plusieurs compétences complémentaires : la maîtrise de logiciels et de langages informatiques indispensables au traitement des données et la capacité à analyser et à exploiter à partir de modèles économiques les données collectées.

Plus d’informations sur : Master ECA

 

La mention de master Innovation, Entreprise, Société (IES) forme à la maîtrise de la chaîne collecte-traitement-valorisation des données s’appuyant sur les data sciences dans le contexte spécifique des données économiques et financières. Elle regroupe un parcours Data Science for Social Sciences (D3S) ouvert au recrutement en M1 et un parcours spécifique au Cursus Master en Ingénierie (CMI-D3S) en continuation du parcours CMI-D3S de licence dans le cadre des formations en ingénierie accréditée par le réseau Figure.

Plus d’informations sur : Master IES-D3S

AGENDA

mardi 7 décembre 2021

Recherches en Economie Politique et Institutionnaliste (REPI)

Benjamin Lemoine (Université Paris Dauphine, PSL)

La souveraineté en négociation : droit, finance internationale et restructuration de dettes

jeudi 9 décembre 2021

Doctorants

Lorenzo Garlanda-Longueville

Why do banks have so much assets in tax havens ?

lundi 13 décembre 2021

LIEN : Law, Institutions and Economics in Nanterre

Andrea Mantovani (Toulouse Business School - Univ of Bologna)

Salle G413A

Regulating Platform Fees Under Price Parity

mardi 14 décembre 2021

Recherches en Economie Politique et Institutionnaliste (REPI)

Riyad Manseri

La codétermination en France : intégration des salariés dans les conseils d’administration du SBF120 depuis 2013

mercredi 15 décembre 2021

Économies du monde musulman

Roger Albinyana (Faculty of Economics of the University of Barcelona)

14h30-16h30

Energy Interdependence. The Political Economy of Algeria’s Natural Gas and the Natural Gas Value Chain in the Western Mediterranean (1990-2015)

jeudi 16 décembre 2021

Lunch

Michel Lelart

Salle G301.302

Intervention sur la microfinance

lundi 3 janvier 2022

Professeurs invités

Margarita Rubio

jeudi 6 janvier 2022

Doctorants

Stéphane Matton

Backtesting ESG Ratings