Unité mixte de recherche 7235

Green, yellow or red lemons? Framed field experiment on houses energy labels perception.

Edouard Civel, Nathaly Cruz-Garcia

Les labels sont de plus en plus utilisés, tant par les gouvernements, les entreprises et les ONG, pour sensibiliser les consommateurs, notamment sur les empreintes environnementales. Pourtant, l’efficacité de ces outils d’informationnels est généralement évaluée sur leur capacité à changer les comportements, alors que leur premier objectif est de permettre aux gens de discriminer les produits étiquetés. Cet article étudie comment les informations complexes affichées par les certificats de performance énergétique des logements sont traitées par des agents économiques réels. Au travers d’une expérience de terrain encadrée randomisée sur 3 000 sujets français, nous testons l’impact de ces labels sur la perception qu’ont les ménages de la performance énergétique d’un bien. Les résultats démontrent que 24% des sujets n’ont pas pris en compte le label énergétique. De manière inattendue, nous découvrons que le genre est la caractéristique la plus différenciante dans cette sensibilité aux certificats de performance énergétique. Nous interprétons cet effet par l’hypothèse de sélectivité: le design des étiquettes d’énergie est plus orienté vers les sujets masculins. Parmi les sujets sensibles, l’efficacité des étiquettes énergétiques pour transmettre l’information est mitigée: en effet nos résultats indiquent une lecture bayésienne des étiquettes énergie. Si les sujets identifient bien séparément les différentes classes de l’étiquette, et si leur perception n’est pas systématiquement biaisée par les caractéristiques individuelles, des caractéristiques idiosyncratiques brouillent leur jugement. De plus, cette perception présente de fortes asymétries. Si les mauvaises catégories induisent des jugements décroissants, l’amélioration de la classe indiquée par le diagnostic de performance énergétique n’augmente pas fortement l’évaluation de la qualité énergétique: au contraire, les sujets faisant face à la meilleure classe (A) semblent être sceptiques et le bruit idiosyncratique en est renforcé.

AGENDA

mardi 6 décembre 2022

Recherche et Economie et Socioéconomie Politique, des Institutions et des Régulations (RESPIR)

Eric Monnet (EHESS et PSE)

Le rôle d’amortisseur des banques centrales – une perspective historique

jeudi 8 décembre 2022

Lunch

Georges Prat

12h - 13h, salle 110

Modeling ex-ante risk premiums in the oil market

lundi 12 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Clément Brébion (Copenhagen BS)

En salle 614 et en distanciel

Unemployment Insurance Eligibility and Employment Duration

mardi 13 décembre 2022

Développement Durable Environnement et Energie (DDEE)

Nicolas Astier (Paris School of Economics)

16h-17h

Riding together: eliciting travelers’ preferences for long-distance carpooling

mercredi 14 décembre 2022

Économies du monde musulman

Mohamed Touati Tliba (École Supérieure de Commerce, Alger)

The scientific wealth of nations with special reference to MENA region: a cross-country productivity analysis of academic research

jeudi 15 décembre 2022

Doctorants

Pablo Aguilar Perez

TBA

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail « Intelligence artificielle »

Matthieu Lapaty (UPMC)

TBA

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail Economie Comportementale

Magali Dumontet

TBA

Inscription aux Newsletters