Unité mixte de recherche 7235

Réduction du ratio de dette publique : quels instruments pour quels effets ?

Benjamin Egron

Suite à la crise économique survenue fin 2007 – début 2008, les dettes souveraines des États européens ont très largement augmenté. Dès lors, la possibilité d’amorcer une stabilisation voire une réduction du ratio de dette est devenu un enjeu crucial pour les prochaines années afin de garantir la soutenabilité des finances publiques et le respect des traités européens. Dans ce contexte, l’identification des politiques budgétaires permettant la contraction du ratio de dette constitue une problématique économique majeure, d’autant plus que cette réduction doit s’effectuer en période de faible croissance économique et que les politiques de consolidation mis en oeuvre en Europe n’ont pas toujours eu les effets escomptés. L’objet de cet article est d’expliquer pourquoi les politiques de consolidation peuvent échouer à réduire le ratio de dette publique à court terme et, plus généralement, d’évaluer la capacité des différents instruments de politique économique à réduire le ratio de dette à court terme. Au niveau méthodologique nous estimons, sur données françaises, un modèle non linéaire de type TVAR (Threshold VAR) incluant les principaux déterminants du ratio de dette publique : dépenses publiques, recettes publiques, PIB et l’indice des prix. La non-linéarité nous permet de prendre en compte la variabilité des multiplicateurs au cours du cycle économique en distinguant les périodes de récession et les périodes d’expansion économique. Nous associons ce modèle à l’équation comptable régissant la dynamique du ratio de dette nous permettant « d’exporter » l’effet d’un choc d’une variable endogène sur le ratio de dette publique. Nous montrons alors qu’une réduction des dépenses publiques peut engendrer, à court terme, une hausse du ratio de dette publique et que cet effet est significativement plus important en période de récession. Au contraire, une augmentation des recettes publiques conduit à une baisse du ratio de dette publique à court terme et cela quelque soit le régime considéré.

AGENDA

lundi 5 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Vincent Lefrère (Institut Mines Telecom)

En salle 614 et en distanciel

Privacy, Data and Competition: The Case of Apps For Young Children

mardi 6 décembre 2022

Recherche et Economie et Socioéconomie Politique, des Institutions et des Régulations (RESPIR)

Eric Monnet (EHESS et PSE)

Le rôle d’amortisseur des banques centrales – une perspective historique

jeudi 8 décembre 2022

Lunch

Georges Prat

12h - 13h, salle 110

Modeling ex-ante risk premiums in the oil market

lundi 12 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Clément Brébion (Copenhagen BS)

En salle 614 et en distanciel

Unemployment Insurance Eligibility and Employment Duration

mardi 13 décembre 2022

Développement Durable Environnement et Energie (DDEE)

Nicolas Astier (Paris School of Economics)

16h-17h

Riding together: eliciting travelers’ preferences for long-distance carpooling

mercredi 14 décembre 2022

Économies du monde musulman

Mohamed Touati Tliba (École Supérieure de Commerce, Alger)

The scientific wealth of nations with special reference to MENA region: a cross-country productivity analysis of academic research

jeudi 15 décembre 2022

Doctorants

Pablo Aguilar Perez

TBA

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail « Intelligence artificielle »

Matthieu Lapaty (UPMC)

TBA

Inscription aux Newsletters