Unité mixte de recherche 7235

Hétérogénéité structurelle des pays membres et conflit d’objectifs entre les autorités économiques dans l’UEM

Economie et Prévision

Revues généralistes en économie et en gestion

3

2005

Séverine Menguy

Dans le cadre d’une unification monétaire comme celle réalisée par l’UEM en Europe, de nombreuses études ont mis en évidence le conflit d’objectifs qui est très souvent susceptible d’apparaître entre les autorités économiques européennes, en particulier suite à un choc d’offre négatif récessif et inflationniste. Néanmoins, ces études sont généralement faites dans le cadre de pays en tous points identiques, et elles insistent surtout sur le rôle de l’antagonisme des préférences des autorités économiques. Or si les pays européens ont des préférences différentes et subissent des chocs conjoncturels différenciés, ils se distinguent aussi par des sensibilités structurelles différentes des variables économiques fondamentales aux politiques menées et aux chocs subis. L’objectif de ce papier est donc d’étudier cet aspect plus méconnu de la stabilisation des chocs en union monétaire, grâce à un modèle keynésien statique log-linéaire en économie ouverte. Nous montrons alors que l’augmentation de l’hétérogénéité structurelle entre les pays membres de l’union monétaire n’a pas d’effet clair et univoque sur les politiques économiques. En cas de choc d’offre négatif, la politique monétaire reste toujours très restrictive, mais l’effort de stabilisation de la banque centrale dépend néanmoins des canaux de transmission et des paramètres de sensibilité qui apparaissent hétérogènes. De plus, si les fonctions de réaction budgétaires sont toujours globalement expansives, la politique budgétaire peut parfois devenir restrictive dans un pays. Nous montrons alors que pour des pays de taille différente et qui connaissent donc des taux d’ouverture différenciés, l’hétérogénéité structurelle entre les pays est susceptible en elle-même d’accentuer le conflit d’objectifs entre la banque centrale et les gouvernements. Elle peut contribuer à aggraver la surenchère de hausse des taux d’intérêt et de déficits publics excessifs, et accroître l’inefficacité du policy-mix européen. Enfin, dans le cadre de notre modèle, ce conflit pourrait également être accentué si le choc d’offre négatif est asymétrique et touche principalement un pays qui connaît une sensibilité plus élevée que ses partenaires de sa demande à ses dépenses publiques, ou une sensibilité plus faible de son inflation à l’activité économique intérieure ou à l’inflation dans le reste de la zone monétaire.

AGENDA

mardi 6 décembre 2022

Recherche et Economie et Socioéconomie Politique, des Institutions et des Régulations (RESPIR)

Eric Monnet (EHESS et PSE)

Le rôle d’amortisseur des banques centrales – une perspective historique

jeudi 8 décembre 2022

Lunch

Georges Prat

12h - 13h, salle 110

Modeling ex-ante risk premiums in the oil market

lundi 12 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Clément Brébion (Copenhagen BS)

En salle 614 et en distanciel

Unemployment Insurance Eligibility and Employment Duration

mardi 13 décembre 2022

Développement Durable Environnement et Energie (DDEE)

Nicolas Astier (Paris School of Economics)

16h-17h

Riding together: eliciting travelers’ preferences for long-distance carpooling

mercredi 14 décembre 2022

Économies du monde musulman

Mohamed Touati Tliba (École Supérieure de Commerce, Alger)

The scientific wealth of nations with special reference to MENA region: a cross-country productivity analysis of academic research

jeudi 15 décembre 2022

Doctorants

Pablo Aguilar Perez

TBA

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail « Intelligence artificielle »

Matthieu Lapaty (UPMC)

TBA

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail Economie Comportementale

Magali Dumontet

TBA

Inscription aux Newsletters