Unité mixte de recherche 7235

L’influence des non-résidents sur la création monétaire dans la zone euro

Bulletin de la Banque de France

Autres

69 - 76

2007

Michel Boutillier, Dominique Nivat, Vichett Oung

Même si l’évolution de la masse monétaire de la zone euro (M3) résulte avant tout de facteurs internes, l’influence des non-résidents sur cet agrégat est loin d’être négligeable. Dans une économie ouverte comme celle de la zone euro, les échanges réels et surtout financiers avec l’extérieur sont susceptibles de faire varier amplement les encaisses des agents résidents détenteurs de monnaie. À la fin du troisième trimestre 2007, le taux de croissance annuel de M3 s’établissait à 11,3 %, en hausse de 2,8 points par rapport à la fin du troisième trimestre 2006. L’examen des contreparties de la masse monétaire montre que la vigueur de la progression des crédits bancaires au secteur privé résident explique l’essentiel de la croissance de M3 depuis deux ans. Toutefois, le renforcement de la croissance de la masse monétaire entre octobre 2006 et septembre 2007 est également imputable à l’accroissement des créances nettes des banques sur l’extérieur (i.e. la contrepartie extérieure), dont une partie seulement reflète les transactions entre les agents non financiers résidents et les non-résidents. À cet égard, la présentation monétaire de la balance des paiements confirme que le gonflement des entrées de capitaux liées aux achats par les non-résidents de titres de la zone euro a significativement contribué, à partir de septembre 2006, à l’accroissement de la contrepartie extérieure et, ce faisant, à l’accélération de l’agrégat M3. Cet effet a toutefois été atténué car une partie des titres acquis par les non-résidents ont été émis ou cédés par les banques résidentes qui ont ainsi accru leurs ressources à long terme ou réduit leurs portefeuilles de titres (publics en particulier) : dans un cas comme dans l’autre, les acquisitions des non-résidents n’ont donc pas eu d’incidence sur la croissance de M3 en raison de l’interdépendance des contreparties de la masse monétaire. Au total, la contrepartie extérieure explique près de la moitié du renforcement de la croissance monétaire observé entre octobre 2006 et septembre 2007, le reste tenant aux facteurs internes traditionnels.

AGENDA

lundi 28 novembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Marianne Lumeau (CREM, Université de Rennes I)

En salle 614 et en distanciel

American bias in a local music streaming market: curation push vs. preference pull

mardi 29 novembre 2022

Recherche et Economie et Socioéconomie Politique, des Institutions et des Régulations (RESPIR)

Adriano do Vale (Université de Poitiers) et Léo Malherbe (Université Université de Picardie Jules Verne)

Shedding light on a Blind Spot: New empirical evidence on the Accountability of the EuroSystem National Central Banks

mardi 29 novembre 2022

Series of Webinars on Economics of Environment, Energy and Transport (SWEEET)

Thomas Douenne (Univ. Amsterdam), Albert Jan Hummel (Univ. Amsterdam), Marcelo Pedroni (Univ. Amsterdam)

Optimal Fiscal Policy in a Climate-Economy Model with Heterogeneous Households

jeudi 1 décembre 2022

Doctorants

Nicolas de Roux

Capturing international influences in US monetary policy through a NLP approach

lundi 5 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Vincent Lefrère (Institut Mines Telecom)

En salle 614 et en distanciel

Privacy, Data and Competition: The Case of Apps For Young Children

mardi 6 décembre 2022

Recherche et Economie et Socioéconomie Politique, des Institutions et des Régulations (RESPIR)

Eric Monnet (EHESS et PSE)

Le rôle d’amortisseur des banques centrales – une perspective historique

jeudi 8 décembre 2022

Lunch

Guillaume Pierné

12h - 13h, salle 110

TBA

lundi 12 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Clément Brébion (Copenhagen BS)

En salle 614 et en distanciel

Unemployment Insurance Eligibility and Employment Duration

Inscription aux Newsletters