Unité mixte de recherche 7235

Poverty Traps: a Perspective from Development Economics

2007

Alice Nicole Sindzingre

Les concepts de coordination et de coordination constituent des concepts centraux en économie, notamment pour la théorie des jeux. Ils ont également fait partie des fondations de l’économie du développement à l’époque de la seconde guerre mondiale, avec les notions élaborées par Paul Rosenstein-Rodan d’effets d’entraînement entre secteurs, d’équilibres multiples et de trappes à sous-développement. Ces concepts sont revenus au premier plan des théories du développement dans les années 70 avec les notions de défaut de coordination et de trappes à pauvreté, ainsi qu’avec les recherches sur les normes sociales – par exemple avec le concept de « trappes à pauvreté institutionnelles » élaboré par Samuel Bowles, définies comme des institutions fortement inégalitaires persistant dans le temps malgré leur inefficience. Les institutions régulant les appartenances sont particulièrement pertinentes dans les pays en développement et par là même en économie du développement. Les dimensions cognitives des défauts de coordination et des trappes institutionnelles sont analysées ; on montre que les institutions dans les pays en développement peuvent être efficientes, tandis que les conditions selon lesquelles les normes induisent des trappes à pauvreté sont examinées, notamment les normes régissant les appartenances. En premier lieu, on souligne que les institutions et les normes constituent des déterminants essentiels de la formation et de la persistance de trappes à pauvreté, parce qu’elles impliquent des mécanismes cognitifs complexes où certaines croyances et normes apparaissent particulièrement résilientes et difficiles à modifier. En second lieu, on suggère que ce ne sont pas des formes institutionnelles spécifiques qui induisent ex ante les trappes à pauvreté, car selon les contextes elles peuvent être ou non efficaces. Ce sont les combinaisons d’éléments multiples – environnements économique et politique, normes sociales – qui créent des effets de seuil et piègent des groupes sociaux entiers dans des équilibres inférieurs. En troisième lieu, on montre que les normes organisant les appartenances à des groupes, parce qu’elles impliquent des croyances particulièrement difficiles à réviser, sont typiquement des facteurs de trappes à pauvreté.

AGENDA

jeudi 8 décembre 2022

Lunch

Georges Prat

12h - 13h, salle 110

Modeling ex-ante risk premiums in the oil market

lundi 12 décembre 2022

Law, Institutions and Economics in Nanterre (LIEN)

Clément Brébion (Copenhagen BS)

En salle 614 et en distanciel

Unemployment Insurance Eligibility and Employment Duration

mardi 13 décembre 2022

Développement Durable Environnement et Energie (DDEE)

Nicolas Astier (Paris School of Economics)

16h-17h

Riding together: eliciting travelers’ preferences for long-distance carpooling

mercredi 14 décembre 2022

Économies du monde musulman

Mohamed Touati Tliba (École Supérieure de Commerce, Alger)

The scientific wealth of nations with special reference to MENA region: a cross-country productivity analysis of academic research

jeudi 15 décembre 2022

Doctorants

Pablo Aguilar Perez

Profitability and solvency of French insurance companies in an environment of low interest rates

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail « Intelligence artificielle »

Matthieu Latapy (LiP6, CNRS / Sorbonne Université)

Salle G614B

Résistance — Perturber les Infrastructures en Réseaux

jeudi 15 décembre 2022

Groupe de travail Economie Comportementale

Magali Dumontet

TBA

jeudi 5 janvier 2023

Lunch

Mehdi Aït-Hamlat, Florian Baudoin, Tanguy Bonnet

Nouveaux doctorants

Inscription aux Newsletters