Photo Michel Boutillier

Michel Boutillier

Professeur(e)
  • Email
  • Tél. professionnel 0140977721
  • Bureau à Paris Nanterre (Bât. + num.) G605B
  • Axe de recherche

      Macroéconomie Internationale, Banque et Econométrie Financière

  • Thème(s)
    • Economie bancaire
    • Intermédiation financière
    • Systèmes financiers

2017-9 "The impact of regulatory requirements on the banking flows to emerging countries"

Michel Boutillier, Samira Hellou

Voir Télécharger le document de travail (via EconPapers)

Résumé
Le renforcement des exigences réglementaires, avec l’évolution de la réglementation bancaire, peut avoir un effet négatif sur le financement extérieur bancaire des pays émergents fortement dépendants à ce type de financement. En effet, plusieurs études ont fait naître des craintes sur les effets potentiels des ajustements réglementaires importants sur les prêts bancaires vers les marchés émergents. Ce papier présente un essai pour estimer la sensibilité des flux bancaires à l’augmentation des exigences réglementaires, dans un cadre macroéconomique basé sur les déterminants des flux des crédits des banques de 19 pays développés vers 37 pays émergents. Les résultats des estimations en GMM confirment l’impact négatif des exigences réglementaires sur les flux bancaires vers les pays émergents, l’impact significatif de l'ouverture commerciale et l’effet négatif de la financiarisation des banques sur les flux bancaires vers ces pays. Les résultats montrent aussi que les pays notés en catégorie spéculative sont influencé par les exigences réglementaires, contrairement aux pays notés en catégorie investissement.
Classification-JEL
F21, F34, G18.
Mot(s) clé(s)
flux bancaires, pays émergents, facteurs pull et push, exigences réglementaires.
Fichier

2008-22 "Désintermédiation financière ou diversification internationale ? Le cas des pays développés."

Michel Boutillier, Jean-Charles Bricongne

Voir Télécharger le document de travail (via EconPapers)

Résumé
La mesure d'un taux d'intermédiation est un bon moyen de caractériser de manière synthétique l'importance du rôle des
intermédiaires financiers dans l'économie et leur positionnement face à l'essor de la finance de marché. Ce travail a pour
objet d'en présenter et d'en discuter les résultats pour la France, en les replaçant dans une perspective chronologique et en y
ajoutant des éléments de comparaison internationale, autorisant notamment une appréciation de la convergence des
systèmes financiers en Europe et dans le monde. Ces résultats témoignent d'un recul assez sensible du taux d'intermédiation
financière en France sur la période étudiée, marquée par un fort développement des marchés de capitaux et un recours
croissant des agents non financiers résidents aux financements désintermédiés.
Pour significative qu'elle puisse paraître, cette évolution mérite néanmoins d'être relativisée pour plusieurs raisons. D'abord,
parce qu'elle découle en fait largement du mouvement d'internationalisation des opérations de financement et de placement
des institutions financières résidentes comme des financements de marché reçus par les agents non financiers. Ainsi, une
part de plus en plus élevée de l'actif des institutions financières résidentes est détenue sur des non-résidents et une part
croissante des financements reçus par les résidents provient du << Reste du monde >>, et notamment des institutions
financières non résidentes. Ensuite, parce que l'analyse de la formation des revenus des intermédiaires financiers confirme la
transformation de leurs modes de tarification et le redéploiement de leurs activités. Ces évolutions structurelles témoignent
plus de profonds changements du rôle de ces acteurs dans l'économie nationale que de son affaiblissement. Enfin, parce que
le choix qui se présente aux agents non financiers ne se résume pas en une simple alternative entre passer par un
intermédiaire ou s'adresser directement au marché, si l'on en juge notamment par le rôle clé que les institutions financières
continuent de remplir dans le lancement et le placement des émissions de titres de leur clientèle d'entreprises sur les marchés
de capitaux.
Le présent article s'attachera, dans un premier temps, à analyser l'évolution du taux d'intermédiation financière en France,
globalement et par type de bénéficiaire. Des comparaisons internationales fourniront des indications sur le caractère
potentiellement durable des évolutions observées ces dernières années. L'observation sur longue période des taux
d'intermédiation financière au sens strict et au sens large met en évidence le rôle croissant du Reste du monde, avec comme
contrepartie la baisse de la part des financements apportés par les IF résidentes à l'économie nationale. Réciproquement, les
IF résidentes ont développé leurs opérations avec le Reste du monde, diversifiant ainsi leur clientèle. Une analyse
complémentaire des revenus d'intermédiation permet de mesurer l'évolution des rémunérations perçues par les intermédiaires
financiers résidents et d'appréhender les adaptations qui leur ont permis de maintenir leurs revenus. Des éléments de
comparaison avec les revenus versés au Reste du monde sont également proposés, permettant d'apprécier les écarts de coût
entre les services rendus aux agents non financiers résidents par les apporteurs de capitaux non-résidents et par les IF
résidentes. L'article revient enfin sur l'intérêt d'un élargissement du concept d'intermédiation afin de dépasser le premier
constat d'un déclin apparent de l'intermédiation financière.
Classification-JEL
E01, E21, F36, G2
Mot(s) clé(s)
Taux d’intermédiation financière, agrégats d’intermédiation, marchés de capitaux, crédits immobiliers, intermédiaires financiers, intégration financière internationale, diversification géographique des placements, tarification bancaire
Fichier

2007-22 "Financial Intermediation in Developed Countries: Heterogeneity, Lengthening and Risk Transfer"

Michel Boutillier, Nathalie Lévy, Valérie Oheix

Voir Télécharger le document de travail (via EconPapers)

Résumé
We built an original database of flow of funds financial accounts in order to assess the final destination of households' financial wealth. Our method based on matrix calculation stepwise makes all financial intermediaries transparent. We reject the usual dichotomy between bankand market-based systems. The diversity of monetary and non-monetary financial intermediaries' roles includes various ways of interpenetration - consolidation in Europe, credit risk transfer techniques in the U.S. - and the lengthening of the intermediation chain. Based on the same function of transformation of indirect debt securities, it reinforces the Gurley and Shaw's unifying definition of financial intermediation.
Classification-JEL
C67, E01, E21, G2, G32, L16
Mot(s) clé(s)
Financial intermediation, risk management, input-output matrix, households’ wealth, bank-based systems, market-based systems, cross-sectoral activities
Fichier
load Veuillez patienter ...